Par plasticien

Information

Frais de port
à 0,01 €
pour la France
à partir de 50€ d’achats

Nouveauté L'album, Niele Toroni Agrandir l'image

L'album, Niele Toroni

9782858506170

Disponible

En stock

90,05 €

Informations complémentaires

Année de parution
Nombre de pages 220
Format 27,1 x 35,7 cm
Photos Oui
dont couleurs Non
Reliure Relié
Langue Français
ISBN 9782858506170
Editeur Centre Pompidou

En savoir plus

Catalogue édité à l'occasion de l'exposition Niele Toroni, Empreintes de pinceaux no. 50 répétées à intervalles réguliers de 30 cm présentée du 9 oct. 1991 - 5 janv. 1992 au Centre Pompidou

Depuis 1966, le « travail/peinture » de Toroni n’a pas varié de sa motion initiale, rigoureusement énoncée par le titre des œuvres.

A chaque fois sont présentées les empreintes, d’une seule couleur, d’un pinceau carré n° 50, répétées à intervalles réguliers de 30 cm et disposées en quinconce de manière à couvrir uniformément le support, que celui-ci soit un tableau, une toile libre – accrochée, suspendue, traînant au sol – en tissu ou en toile cirée, ou bien le mur lui-même, dans une démarche qui intègre la problématique de l’in situ.

La matérialité de la peinture est mise en avant dans un geste qui ne vise aucune valeur ajoutée par rapport à celui du travail artisanal.

La touche, qui en constitue le point de départ et d’arrivée, est, selon Christian Besson, « une touche mais sans mouvement inscrit, sans gestualité ; non pas la touche du peintre mais celle du pinceau ; une touche qui n’exprime rien, une facture. » Le « travail/peinture » ne refuse donc pas seulement les signes traditionnels de l’authenticité et de l’originalité, il les critique à travers la modalité qui passait pour en être la plus pure expression. La touche est à ce point désinvestie par le peintre que son exécution pourrait être déléguée à un tiers, bien qu’en pratique la chose n’arrive jamais. L’œuvre du Mnam date de l’année où l’activité de Toroni croise ponctuellement celle de Buren, Mosset et Parmentier. Le « travail/peinture » y a émergé en réponse à la tentative commune de définir une base neutre et minimale de la peinture. De l’avis de Buren, Toroni donne alors « un résumé à proprement parler génial de toute la peinture occidentale : la marque, l’empreinte, le pinceau, la surface, la couleur, le geste, le all over , l’unique et le multiple, le corps, sa présence, son absence ».

Ouvrage encore sous blister, édition originale.

Vous aimerez aussi...