Par artiste

Information

Frais de port
à 0,01 €
pour la France
à partir de 50€ d’achats

Gaston Chaissac

9782080280848

Disponible

En stock

66,35 €

Informations complémentaires

Année de parution
Nombre de pages 320
Format 25 x 31,8 cm
Photos Oui
dont couleurs Oui
Reliure Relié
Langue Français
ISBN 9782080280848
Editeur Flammarion

En savoir plus

Improvisateur de génie, Gaston Chaissac (1910-1964) a créé une des œuvres les plus singulières de son époque. Fils de cordonnier, il est initié à la peinture par Otto Freundlich et Jeanne Kosnick-Kloss, rencontrés par hasard à Paris, en 1937. Encouragé dans cette voie, il invente très rapidement un alphabet pictural qu’il va faire évoluer tout au long de sa vie. Au cours de ces années cruciales, dans un Paris en pleine mutation, Chaissac assimile l’essentiel du contexte artistique d’alors et se forge une vaste culture. Prolifique, ludique, et polymorphe, sa production visuelle aborde tous les genres. L’étourdissant dessinateur qu’il est dès ses débuts exerce sa verve aussi bien dans le domaine de la peinture et du collage, que celui des objets récupérés, métamorphosés avec autant de faconde que de délicatesse, composant un monde paradoxal, à la fois théâtral et confidentiel.


Au plasticien se superpose en même temps l’écrivain, dans une activité en miroir, qui révèle un prodigieux épistolier et un poète hors norme. Des milliers de lettres envoyées pendant plus de vingt ans tous azimuts, vont lui permettre aussi de tisser des liens avec grand nombre de ses contemporains (Albert Gleizes, André Bloc, Raymond Queneau, Jean Paulhan, Anatole Jakovsky, André Lhote, Jean Dubuffet, …) tout en restant volontairement en marge depuis le bocage vendéen qu’il ne quittera jamais. Ce monument épistolaire unique en son genre fascine par l’aisance des jugements, la pertinence des points de vue et la lucidité avec laquelle celui qui se disait « peintre rustique moderne », joue de son besoin paradoxal de distance et de proximité.

Cette première monographie, en forme de portrait, met volontairement à égalité le peintre et l’écrivain, et dessine l’aventure de Gaston Chaissac comme l’une des mutations les plus représentatives que la modernité a connue au siècle dernier.