France

Information

Frais de port
à 0,1 ct
pour la France
à partir de 50€ d’achats

Paris 1931 revoir l'exposition coloniale

F.V.W.

9782914304313

Disponible

Délai de disponibilité : 5 jour(s)

40,00 € TTC

Informations complémentaires

Format 22x24
Photos 310
Reliure relié
Langue Francais
ISBN 9782914304313

En savoir plus

Du 6 mai au 15 novembre 1931 s'est tenue aux abords de la Porte dorée à Paris l'Exposition Coloniale Internationale. Pourquoi et comment a été construite, au bois de Vincennes, cette ville de cent dix hectares, dont la visite disait la publicité permettait de faire le tour du monde en un jour ? Quelle était la véritable situation des deux mille indigènes acteurs et figurants de ce théâtre multicolore ? Avec quelle vision de l'empire français les huit millions de visiteurs ont-ils quitté l'exposition ? Qu'y avait-il réellement derrière ce majestueux miroir de la colonisation, et ne s'agissait-il pas d'un miroir déformant ? Alors même que le débat avait été constant avant la première guerre mondiale il suffit de se rappeler la violente opposition de Clemenceau au colonialisme, alors même qu'au moment de l'exposition, des milliers de Noirs soumis au travail forcé laissaient leur vie dans la construction du chemin de fer Congo Océan et que les avions de l'Armée française bombardaient des villages et des populations civiles en Indochine, l'Exposition coloniale se révélait être l'apogée d'un système qui recueillait alors un consensus quasi-général. Illustré de 300 photographies et documents inédits, l'ouvrage permet de revoir l'Exposition coloniale. Didier Grandsart est galeriste et historien d'art depuis 25 ans. Il est l'auteur d'études sur la photographie, le cinéma et l'art du XXe siècle. Il a participé, pour la chaîne de télévision Arte, à un film documentaire sur les maisons closes (Maisons closes, maisons d'illusions, réalisé par Marc Kidel). Parmi ses collaborations à des expositions de musées, la dernière a été en 2009, pour l'exposition Giacometti, Balthus, Skira, les années Labyrinthe, au musée d'Art et d'Histoire de Genève, dont le catalogue comprend deux études qu'il a écrites sur Brassaï ainsi que sur l'histoire des cinquante premières années du cinéma.