Graphic arts

Information

Frais de port
à 0,1 ct
pour la France
à partir de 50€ d’achats

Hokusai View larger

Hokusai

Réunion des Musées Nationaux

9782711861828

available

In stock

50,00 € tax incl.

Further Informations

Publication date 2014
Number of pages 216
Format 24-x-29
Photos 580
Color photos oui
Binding relie-
Language Francais
ISBN 9782711861828

More info

Catalogue intégral de l'exposition au Grand-Palais du 1er octobre 2014 au 18 janvier 2015.

Hokusaï (1760-1849) est le peintre par qui l'art japonais a été popularisé dans le monde occidental au XIXe siècle, et il est sans doute l'artiste japonais le plus célèbre dans le monde.
C'est en 1856 que Félix Bracquemond découvre l'oeuvre d'Hokusai- il repère chez son imprimeur un petit livre broché, à couverture rouge. Il venait de très loin. En raison de sa matière souple et élastique, il avait servi à caler des porcelaines expédiées du Japon.

Hokusai, alors considéré comme un simple artisan parmi d'autres par les Japonais eux-mêmes, doit sa renommée à quelques acteurs parisiens : tels Edmond de Goncourt, auteur de la première monographie dédiée à l'artiste en français, le marchand Siegfried Bing, qui l'a très tôt exposé. Citons Monet...et tout une mode japonisante à la fin du fin XIXé et au début du XXé siècle.
Les artistes français, impressionnistes ou symbolistes, ont vite tiré la leçon d'Hokusai : cadrage, sens du détail, originalité des à-plats de couleur.

Au Japon du XIXe siècle la bourgeoisie de Edo (aujourd'hui Tokyo) et les classes plus populaires étaient friandes des estampes sur bois qui illustraient des contes, des récits érotiques, des exploits des acteurs du théâtre de kabuki, des recueils de poésie ou des pièces de circonstance pour la nouvelle année.
L'ukiyo-e « image du monde flottant » est un des aspects de l'art de l'estampe de l'époque d'Edo (1603-1868) dont deux autres représentants célèbres sont Utamaro (1753-1806) et Hiroshige (1797-1858).

Hokusaï compose aussi une "encyclopédie populaire" en images, la Manga, dont quinze volumes furent publiés de son vivant. Ces scènes de la vie quotidienne, avec ses petits métiers et ses personnages pittoresques exécutées avec une vigueur parfois proche de la caricature, connaissent de grands succès.
C'est à partir de 1823 que Hokusai fait sortir l'estampe des quartiers réservés en exécutant des séries de paysages qui font sa renommée telles les Trente-six Vues du Mont Fuji.

Dans le catalogue sont reproduites les 550 ?uvres de l'exposition. Elles proviennent du musée Ota de Tokyo et des grands collectionneurs privés japonais, et des grands collectionneurs publics européens, réunissant les estampes polychromes - ou relevant de l'édition plus confidentielle d'images de v?ux surimono - , mais aussi des dessins préparatoires, des croquis et peintures, rares témoignages de ce versant moins divulgué de l'activité créatrice du peintre.
Une grande partie de ces oeuvres ne quittera plus le Japon à compter de l'ouverture de l'Institut Hokusai, à Tokyo, au printemps 2015.

Accessories