Par artiste

Information

Frais de port
à 0,01 €
pour la France
à partir de 50€ d’achats

Sado

2246358982256

Disponible

En stock

26,54 €

Informations complémentaires

Année de parution
Nombre de pages 48
Format 15 × 22.5 cm
Photos Oui
dont couleurs Oui
Reliure Broché
Langue Sans texte
Editeur Deadbeat Club

En savoir plus

1ère édition tirée à 400 exemplaires / 1st edition of 400 copies.

La splendeur naturelle de Sado est indéniable, des paysages ruraux isolés de l’île, à ses reliefs côtiers et ses forêts primitives. Dans « Sado » de Shiori Ikeno, l’artiste revisite la maison de ses grands-parents, passant d’un feuillage pittoresque à une famille vieillissante et à des souvenirs d’enfance. Des éléments de la nature restent bien en vue – un arbre dans le reflet d’une fenêtre d’hôpital, des fruits accrochés ou disposés sur la table. Et tout au long, un calme envahit, comme une vénération tranquille. L’île est calme, mais vivante.

Une fois établi comme une île d’exil où les dissidents et les non-conformistes ont été bannis par l’empereur, Sado est devenu par inadvertance un incubateur culturel pour les artistes et les intellectuels qui allaient établir les fondements mêmes de l’art régional, la religion et la tradition. Dans « Sado », Ikeno renonce à beaucoup de ses images lumineuses et humoristiques, pour un ton plus discret, faisant écho au répit de l’île. Il ya certainement plus à cette histoire, mais l’explication est juste hors de portée, en quelque sorte enveloppé par le temps et la nature ; photos en couleurs.

----

The natural splendor of Sado is undeniable, from the island’s remote, rural landscapes, to its coastal landforms and primeval forests. In Shiori Ikeno’s “Sado,” the artist revisits her grandparents’ home, her focus shifting from scenic foliage, to aging family, to childhood memorabilia. Elements of nature remain prominently on display – a tree in the reflection of a hospital window, fruits strung up or set out on the table. And all throughout, a stillness pervades, like a tranquil reverence. The island is quiet, but alive.

Once established as an island of exile where dissidents and nonconformists were banished by the emperor, Sado inadvertently became somewhat of a cultural incubator for artists and intellectuals who would go on to establish the very foundations of regional art, religion and tradition. In “Sado”, Ikeno foregoes much of her trademark bright, humorous images, for a more muted tone, echoing the respite of the island. There’s certainly more to this story but the explanation lies just out of reach, somehow shrouded by time and nature.

Vous aimerez aussi...